Les projets

Projets actuels de Ferréole

  1. Partage de l’éolienne citoyenne d’Autelbas

La coopérative citoyenne Vents du Sud (www.ventsdusud.be) est propriétaire d’une éolienne située dans le prolongement du parc éolien d’Autelbas (Arlon). Cette éolienne est en activité depuis 2015. Vents du Sud a proposé à d’autres coopératives sœurs de partager cette éolienne à hauteur de 24 %. Ferréole et Lucéole ont manifesté leur intérêt pour cette proposition et ont entamé, en 2016, des discussions pour mettre au point cette collaboration. Ce projet de partenariat entre coopératives est un bel exemple de solidarité et de coopération entre coopératives. Ferréole se réjouit de cette initiative. L’Assemblée générale des coopérateurs réunie le 24 mars 2017 a donné son accord pour la signature de ce partenariat. Un appel souscription a été lancé auprès des coopérateurs de Ferréole pour compléter le financement de ce projet. La somme recherchée a été atteinte en moins d’une semaine. Ferréole est donc officiellement propriétaire de 12 % de l’éolienne d’Autelbas qu’elle gèrera en collaboration étroite avec  les deux autres coopératives.

 

        2. Des panneaux photovoltaïques à Ernonheid (Aywaille)

L’Assemblée générale des coopérateurs de mai 2016 a validé la proposition du CA d’installer des panneaux photovoltaïques sur le toit d’une ferme bio à Ernonheid.  L’installation a eu lieu le 14 avril 2017 et l’inauguration s’est déroulée le 28 avril 2017 juste avant l’Assemblée générale de 2017. Ferréole agit ici en tiers investisseur et attend un retour sur investissement de l’ordre de 5% sur 10 ans. Après cette période, l’agriculteur deviendra propriétaire des panneaux.

 

3. Des éoliennes sur les aires d’autoroute

 

En juillet 2016, la SOFICO, la société publique qui gère notamment les autoroutes en Wallonie, a lancé un appel à projet pour l’installation d’éoliennes sur les aires d’autoroutes en Wallonie.

Plusieurs coopératives de la fédération REScoop, dont Ferréole, ont décidé de s’unir pour examiner cette proposition. Nous avons réalisé un premier examen des sites et commandé les études requises. Nous en avons conclu que plusieurs aires pouvaient être intéressantes et nous avons décidé de répondre à cet appel d’offre en soumissionnant pour 14 aires (16 éoliennes).

Nous ne savons pas exactement quand la SOFICO décidera quelles ofrres elle retient. Si nos offres sont retenues, nous devrons alors entamer le parcours habituel de tout projet éolien (information publique, études d’incidences, demande de permis).

En cas de sélection de nos offres, chaque coopérative décidera de la hauteur de sa participation. Cette décision, nous la prendrons ensemble, en Assemblée générale des coopérateurs de Ferréole.

Ce projet collectif est une première pour les coopératives de REScoop et illustre parfaitement l’esprit coopératif qui nous anime. Seule, aucune coopérative n’aurait pu relever ce défi. Mais ensemble, tout devient possible.

 

3. Projet d’EDF-Luminus à Stoumont et Aywaille

En 2011, EDF-Luminus avait annoncé, lors d’une réunion publique d’information préalable, son souhait d’implanter 5 éoliennes entre Paradis et Lorcé, le long de l’E25. Le site est en milieu boisé. Or le Cadre de référence éolien wallon est très restrictif sur les possibilités d’installer des éoliennes en forêt. Le projet avait donc été mis au frigo.

Le 16 avril 2015, EDF-Luminus et les Communes d’Aywaille et Stoumont ont invité les citoyens à une réunion d’information à Lorcé. Ils ont annoncé l’installation, sur le site envisagé, d’un mât de mesures destiné à évaluer notamment l’impact que pourrait avoir l’installation d’éoliennes sur les chauves-souris à cet endroit. D’autres mesures seront prises par la même occasion (potentiel venteux, températures etc.). Ces mesures se feront pendant 1 an.

Le projet est donc réactivé. En effet, certaines études réalisées en concertation avec le DNF, indiqueraient que l’implantation d’éoliennes en milieu forestier pourrait se faire sans dommages importants pour la biodiversité. Cela se pratique d’ailleurs dans d’autres pays voisins depuis longtemps (en Allemagne, par exemple). La société EDF-Luminus estime donc qu’elle pourrait avoir des arguments suffisants pour défendre un tel projet auprès de la Région wallonne.

Les représentants du promoteur, en collaboration avec les communes, ont organisé une nouvelle réunion d’information préalable destinée à informer la population sur ce projet. Elle a eu lieu le 18 juin 2015, à la salle de l’Union Crelle, à Lorcé. Le représentant d’EDF-Luminus et la responsable du bureau d’étude indépendant CSD, chargée de l’étude d’incidences sur l’environnement, ont répondu aux questions du public.  A  l’issue de l’étude d’incidence, et en fonction de ses résultats, une demande de permis sera déposée. Une enquête publique sera ensuite organisée.

Plusieurs membres de l’Association citoyenne locale Ventdange (Aywaille-Stoumont) et de Ferréole étaient présents à cette réunion et ont manifesté leur souhait d’être associés à l’élaboration du projet en tant que riverains et voisins du site, de manière à faire valoir le point de vue et l’intérêt des citoyens dans ce projet. Après examen du projet, si celui-ci nous paraît être bon, nous revendiquerons ensemble 25% du parc éolien comme le Cadre de référence éolien wallon le recommande. Nous encourageons les communes à prendre également part au projet au côté de la coopérative et à investir aussi jusqu’à 25% du parc, comme le suggère le Cadre de référence.

 

4. COCITER (le Comptoir Citoyen des Énergies).

C’est le nouveau fournisseur d’électricité verte et citoyenne créé par plusieurs coopératives citoyennes. En tant que co-fondateur de COCITER, Ferréole a déjà investi la somme symbolique de 2000 €. L’AG a accepté la proposition du CA de renforcer la participation de Ferréole dans COCITER pour maximum 20% du capital de notre coopérative. Nous apportons ainsi notre soutien à cette nouvelle structure qui permettra aux coopérateurs de consommer l’énergie produite par les différentes coopératives. L’Assemblée générale des coopérateurs de Ferréole du 24 mars 2017 a accepté la proposition du CA de renforcer notre participation dans COCITER. Ferréole investira 5000 € de plus en 2017 et 5000 € à nouveau en 2018. Le CA déterminera le moment opportun pour effectuer ces investissements. Voir www.cociter.be.

 

Projets abandonnés

Entre 2011 et 2014, Ferréole a suivi de front plusieurs projets éoliens dans la région de Ferrières, Durbuy et Aywaille.

1. Projet d’Electrabel à My-Ferrières

Electrabel a déposé une demande de permis unique, le 14 novembre 2013, pour un parc de 4 éoliennes d’une puissance maximum de 3,2 MWh. Un protocole d’entente a été signé par le promoteur et Ferréole : il prévoyait qu’en cas d’obtention du permis, une des 4 éoliennes serait cédée à la coopérative citoyenne.

En mai 2014, les fonctionnaires délégué et technique de la Région wallonne, qui instruisaient le dossier, ont émis un avis de refus du projet. Principaux arguments : impact paysager, trop peu d’éoliennes sur le site et concurrence avec le club d’aéromodélisme présent à proximité du site. Résumé de notre avis sur ces motivations : 1) L’impact paysager est évalué de façon totalement subjective. 2) Ce n’est pas le nombre d’éoliennes qu’il convient d’apprécier mais leur capacité de production. 3) Electrabel était en pourparler avec le club d’aéromodélisme pour organiser une délocalisation de l’activité à ses frais. Ces motivations sont donc peu consistantes.

Electrabel a introduit un recours contre cette décision. Mais le 18 septembre 2014, le Ministre Di Antonio confirmait le refus en reprenant ces mêmes motivations. Le contexte politique peu favorable à l’éolien est sans doute l’élément qui a été déterminant dans cette décision. Electrabel, dans ces conditions, n’a pas jugé utile de déposer un recours au Conseil d’État. Le parcours du projet de My-Ferrières s’est arrêté là.

2. Projet de YARD-KDE à Herbet-Durbuy

La société YARD-KDE Belgium a déposé une demande de permis unique, le 20 janvier 2014, pour l’installation d’un parc de 7 éoliennes de maximum 2,85 MWh à proximité du hameau de Herbet, sur la commune de Durbuy. Ce site est voisin de celui de My-Ferrières. Ferréole et l’association citoyenne locale Sitéeol-Durbuy ont mené des pourparlers avec le promoteur dès l’annonce du projet en avril 2013. YARD-KDE s’est immédiatement déclaré intéressé par une participation citoyenne au projet et s’est montré très constructif dans les négociations. Nous sommes parvenus à un accord chiffré pour un rachat d’une éolienne citoyenne au cas où le permis serait délivré.

Mais le 16 septembre 2014, les fonctionnaires délégué et technique de la Région wallonne remettaient une décision défavorable au projet. Ici aussi, les motivations sont principalement d’ordre paysager. L’avis de refus pointait aussi des problèmes potentiels pour les oiseaux et les chauves-souris.

A ces critiques, KDE-YARD a répondu en modifiant son projet : une éolienne supprimée, des mesures supplémentaires de protection pour les oiseaux et chauves-souris et un itinéraire du charroi modifié pour diminuer les nuisances lors de la construction. KDE a déposé un recours auprès du Ministre le 6 octobre 2014.

Le 12 février 2015, cependant, le Ministre Di Antonio a confirmé le refus. Outre l’impact sur le paysage et sur les oiseaux, l’arrêté de refus pointe étrangement… la participation citoyenne qui ne serait pas garantie ! Le Ministre n’a certainement pas lu nos courriers dans lesquels nous faisions état de l’accord chiffré signé par Ferréole et YARD-KDE. Non seulement la participation citoyenne était assurée mais, en plus, elle était clairement balisée. Qu’attendait de plus le Ministre ?

Dans ces conditions, le promoteur a décidé de ne pas introduire de recours au Conseil d’État.

3. Projet d’Electrabel à Piromboeuf-Aywaille

Fin juin 2014, Electrabel a déposé une demande de permis unique pour un projet de 6 éoliennes de maximum 3,2 MWh, sur la plaine de Piromboeuf à Aywaille. L’enquête publique a pris fin le 25 août 2014. La décision des fonctionnaires délégué et technique est tombée le 1 décembre 2014 : la demande est refusée. En cause, principalement, l’impact paysager comme d’habitude. Le promoteur a introduit un recours contre cette décision mais celui-ce a été rejeté par le Ministre le 2 mai 2015. Le contexte politique étant décidément trop mauvais, Electrabel a décidé de ne pas introduire de recours au Conseil d’État.

 

Autres perspectives

Nous examinons la possibilité d’investir dans d’autres filières d’énergie renouvelable. Par exemple :

1. la biométhanisation agricole : bien adaptée au milieu rural, elle représente un soutien aux agriculteurs. Elle produit du biogaz (au départ de matières organiques diverses) qui est brûlé pour produire de la chaleur et de l’électricité (cogénération). Le sous-produit (« digestat ») est utilisé comme engrais par les agriculteurs. C’est une ressource locale qui peut créer des emplois et se substituer à d’autres sources d’énergies polluantes. Les aides publiques ont été récemment facilitées et augmentées. Cependant, cette filière et les règlementations qui l’accompagnent sont complexes.

2. l’hydroélectricité : différents projets de micro-centrales sont à l’étude actuellement en Wallonie. Cette filière est aujourd’hui mieux soutenue pas les pouvoirs publics. Mais il n’y a pas de projets locaux concrets pour le moment.

Agenda

Agenda

Découvrez l’entièreté de nos futurs évènements et rencontres sur cette page!